UPFléron

Impact du Covid-19
sur la liturgie
Participez ICI

Messes des Familles

MFM (Messe – Famille – Mouvement)

Voici une messe proposée qui se veut empreinte de dynamisme, intergénérationnelle, conviviale, priante, chantante, … sous le signe de l’ouverture et dans un esprit de partage avec notre communauté.

Chacun y trouve sa place.  Le thème proposé est toujours celui correspondant à l’évangile du jour.  Très souvent, les enfants sont pris en charge pour une animation qui leur est spécifique.  Les jeunes et les moins jeunes sont invités, en fonction du message, soit à un partage d’évangile sur base de questions, soit à réfléchir personnellement et intérieurement sur le thème proposé, ou encore à une animation plus festive ou parfois simplement plus intérieure.  L’équipe de préparation est particulièrement attentive à rendre ce moment enrichissant, profond, priant tout en suscitant un esprit de communauté.
Cette eucharistie festive est proposée à toute l’unité pastorale quelques fois par an dans l’Eglise de la Sainte Famille le samedi à 17h15.  Celle-ci se termine toujours autour d’un petit verre dans le fond de l’Eglise, ce qui permet de prolonger ce temps d’échange tout en faisant connaissance avec les différents membres de nos paroisses.

Contact : Marie-Anne Morant, rue Franck, 26 - 4623 Magnée
04/358 14 16 -  morant@teledisnet.be

Préliminaires au baptême

bebeQu’est-ce que le baptême ?

Le baptême est le premier sacrement de l’“initiation“ chrétienne. Traditionnellement, il est dit que le baptisé “entre“ dans le peuple des chrétiens. Le baptisé accueille l’amour de Dieu et veut y répondre par une vie tournée vers le bien.

Symbole principal du baptême, l’eau signifie à la fois l’engagement de Dieu et du baptisé pour la vie et la possibilité d’être sans cesse “lavé“ de ce qui la salit.

Dans nos régions, l’on se contente généralement de verser un peu d’eau sur le front du baptisé, mais le rituel permet aussi de le plonger dans l’eau puis de l’en retirer ; dans ce cas, l’eau symbolise plutôt les forces de mort qui pourraient nous engloutir mais dont nous pouvons être retirés, passant de la mort à la vie avec le Christ.

Y a-t-il un âge pour être baptisé ?

Par définition, les premiers chrétiens n’avaient pas de parents baptisés. Ce sont donc des adultes qui demandaient le baptême au moment où ils décidaient d’opter pour la foi chrétienne. De nos jours aussi, bien des gens découvrent la foi au cours de leur existence et demandent le baptême à tout âge.

Baptiser les bébés afin de les associer le plus tôt possible à la vie du Christ est un usage très ancien. De nos jours, tournant heureusement le dos à la croyance en un Dieu qui refuserait son amour aux non-baptisés, les parents prennent le temps de s’y préparer plus paisiblement.

 Pourquoi pas à 3, 5, 8 ou 10 ans ?

Pris par leurs occupations ou par choix, des parents demandent le baptême plus tard. Cependant, s’il n’a pas été baptisé dans – en gros – ses deux premières années, il ne vivra pas mieux les choses à 3, 4 ou 5 ans. Mieux vaut alors attendre l’âge de 8 ans. Le niveau scolaire “2è primaire“ correspond en effet à une phase d’éveil et d’intérêt des enfants où ils s’impliqueront eux-mêmes avec un bel enthousiasme dans l’événement ! Dans ce sens-là, postposer le baptême pour donner à l’enfant l’occasion de le vivre plus consciemment n’est pas dénué d’intérêt.

 Dans quelle paroisse demander le baptême ?

Le baptême fait entrer dans une communauté ; le “privatiser“ à outrance, c’est l’amputer de cette dimension. Célébrer le baptême avec plusieurs familles a donc du sens.

Le même principe préside au choix de la paroisse où le baptême sera célébré :

vivons-nous actuellement quelque chose de la foi chrétienne ? Dans quelle communauté l’enfant baptisé grandira-t-il dans cette foi ? C’est là qu’il y a lieu de le baptiser, non dans une paroisse extérieure choisie pour l’élégance de l’église, le style du curé ou la proximité d’une salle de réception.

Parlons un peu "Baptêmes"...

Les parents demandant le baptême participent à deux soirées de préparation animées par deux tandems d'animatrices et moi-même. Dès que ces soirées (à 15 ou 20 jours l'une de l'autre) sont passées, et après la présentation de l'enfant à la communauté, le baptême peut avoir lieu. Il réunit au maximum trois familles. Comme elles se sont déjà côtoyées pendant la préparation, la peur de vivre le baptême avec d'autres s'estompe. A la seconde réunion, l'on sent même une certaine conscience communautaire.

En réunion, la plupart des parents redécouvrent quelques aspects de la foi largement oubliés : signification des symboles du baptême, des sacrements... lesquels ? pour quoi faire ? le baptême :
engagement ?... protection ?... il y en a des choses à rattraper !

Mais la rencontre est bien plus qu'une sorte de cours de religion.
J'en veux pour preuve les réflexions d'une maman célibataire, étonnée de se voir écoutée et accueillie avec autant d'empathie : « Je ne savais pas qu'on était si ouvert dans l'Eglise !... et qu'un prêtre est capable de calmer un bébé ! » Et son émotion était grande de comprendre que le baptême de sa fille était d'abord une "bonne nouvelle" pour elle !

Curieuse Église, sensée refléter l'amour de Dieu, mais qui ne semble trop souvent dégager que des relents moralisateurs ! Mais quel encouragement à pratiquer plus que jamais une souriante et évangélique fraternité !...

Jean Lievens, curé-doyen de Fléron
(tél. : 04 358 30 21 – courriel : jean-lievens@skynet.be)

Intentions des messes

Même si elle est d’abord communautaire, une messe peut comporter une “intention particulière“, par exemple pour un défunt, un malade, un souci à confier à Dieu.
Vous pouvez en faire la demande en tenant compte des indications suivantes :
Votre intention sera attribuée à une messe en fonction des possibilités :
- soit à la date précise que vous avez demandée ;
- soit à une date proche de la date demandée si aucune messe n’est célébrée ce jour-là.

Consultez l’horaire des célébrations et les intentions du mois sur la page d'accueil du site.

L’usage de citer l’intention à la messe n’est pas une obligation.
Dans le diocèse de Liège, il est d’usage de faire une offrande de 7€ par intention de messe demandée.

 Demander une intention de messe à FLÉRON :

- Soit inscrire l’intention sur une enveloppe prévue à cet effet dans le fond de l’église, y glisser 7€ par messe et la remettre au sacristain ou au presbytère, rue de l’Eglise 22 à Fléron.
- Soit effectuer un virement de 7€ par messe sur le compte Intentions de messes BE23 7925 8306 1291, 4620 Fléron et téléphoner à Pascale SCHOONBROODT-MORDANT (04 358 23 93 après 17h30) pour lui préciser l’intention souhaitée.

 Demander une intention de messe à RETINNE :

- Inscrire l’intention sur une enveloppe prévue à cet effet dans le fond de l’église, y glisser 7€ par messe et la remettre à la sacristine ou à Monique CHAINEUX, rue du Tiège 47 à Fléron.

 Demander une intention de messe à ROMSEE :

- Soit inscrire l’intention sur une enveloppe prévue à cet effet dans le fond de l’église, y glisser 7€ par messe et la remettre au sacristain ou à Joseph THEIS, Vallée des Saules 42 à Romsée.
- Soit effectuer un virement de 7€ par messe sur le compte Intentions de messes BE48 0015 9646 7527, 4624 Romsée et téléphoner à Joseph THEIS (04 358 46 84) pour lui préciser l’intention souhaitée.

 Demander une intention de messe à MAGNEE :

- Soit inscrire l’intention sur une enveloppe prévue à cet effet dans le fond de l’église, y glisser 7€ par messe et la remettre au sacristain ou à Marie-Louise LEMPEREUR (04 358 60 29), rue Niton 20 à Magnée.
- Soit effectuer un virement de 7€ par messe sur le compte Intentions de messes BE48 0015 9646 7527, 4624 Romsée et téléphoner à Joseph THEIS (04 358 46 84) pour lui préciser l’intention souhaitée.

 

Horaire des messes

Horaire de l'année  Attention ! Toutes les célébrations sont suspendues ... Visitez la page d'accueil pour les dernières infos sur le confinement !

Horaire des messes

Saint-Denis

Sainte-Famille

Retinne

Romsée

Magnée

en semaine

-

vendredi 9h

jeudi 8h30

-

mardi 8h45

samedi

17h15

dimanche (en alternance)

10h45 (1er et 3e du mois)


10h45 (2e et 4e du mois)

9h15 (1er et 3e du mois)

9h15 (2e et 4e du mois)

5e dimanche du mois : MESSE UNIQUE le dimanche à 10h45 à la Sainte-Famille

RETROUVEZ LES HORAIRES DES CÉLÉBRATIONS DANS LES PAROISSES VOISINES SUR EgliseInfo

Mariage

Le mariage … de quoi parle-t-on ?        

Pour le reconnaître et célébrer comme sacrement, l’Eglise catholique considère que le mariage doit unir dans la fidélité un homme et une femme qui s’engagent librement et définitivement envers un smariage2eul époux dont ils se soucient autant que d’eux-mêmes et qui acceptent d’être parents.

La loi belge ne permet le mariage religieux que s’il est précédé du mariage civil.

 Les fiancés doivent-ils être baptisés ?

Logiquement, ce sont des baptisés qui demandent le sacrement du mariage. Mais un mariage religieux peut unir un baptisé à un non-baptisé à condition que ce dernier s’engage à ne pas faire obstacle à la foi de son conjoint et à l’éducation chrétienne des enfants nés de cette union.

Il est souhaitable que les baptisés qui veulent se marier aient reçu le sacrement de confirmation. Si ce n’est pas le cas, pourquoi ne pas saisir cette occasion pour compléter votre parcours chrétien ? Néanmoins, dans nos régions, il est rare que l’on en fasse une obligation.

 Et si un des fiancés a déjà été marié ?

Puisque Dieu lui-même s’y engage, l’Eglise considère que l’on ne peut s’unir qu’une fois dans le sacrement du mariage. Toutefois, nous voulons témoigner que, dans l’amour, nul avenir n’est jamais fermé. Pour cette raison, nous accueillons pour un temps de prière à l’occasion d’une nouvelle union les personnes qui ont dû mettre fin à la première ou qui, antérieurement, ont été mariées uniquement civilement. Le célébrant reste juge du bien fondé de cette célébration.

Dans ce cas, la célébration est clairement annoncée comme n’étant pas sacramentelle. Elle ne comporte ni échange des consentements ni échange d’alliances.

Dans certaines conditions, un mariage religieux peut être annulé. Pour s’en informer, contacter l’Officialité du Diocèse de Liège : 04 223 51 49 (à défaut : 04 223 42 12).

 "Bénédiction" ?... "Messe" ?...

Oublions temporairement le terme “bénédiction“ : elle fait d’office partie de la célébration.

Par contre, chaque couple décidera s’il souhaite que l’Eucharistie (synonyme de Messe, comprenant la communion) soit célébrée à son mariage. La célébration n’est pas “mieux“ ou “moins bien“ si la messe y est ou non célébrée ! Aux fiancés de réfléchir sincèrement à ce qui s’ajuste le mieux à leurs convictions personnelles.

 Dans quelle paroisse doit-on se marier ?

Le mariage est célébré dans la paroisse de résidence d’un des fiancés au moins. Si leur domiciliation dans un endroit précis est éphémère, l’on peut admettre que la célébration se fasse dans la paroisse de leur jeunesse ou dans celle où ils vont s’établir plus durablement.

C’est là qu’il y a lieu de se marier, plutôt que dans une paroisse extérieure choisie pour l’élégance de l’église, le style du curé ou la proximité d’une salle de réception.

 Peut-on se marier n'importe quel jour ?
Dans l'Eglise Catholique, le mariage peut être célébré n'importe quel jour de l'année, sauf les dimanches. Sont également exclus les jeudi, vendredi et samedi de Pâques. Non en raison d'autres occupations paroissiales, mais parce que ces jours sont "réservés" à la commémoration de la mort et de la Résurrection du Christ.
Cependant, les prêtres étant peu nombreux, le curé garde toute latitude d'informer les fiancés que la date souhaitée n'est pas disponible. Pour cette raison également, plus la demande est introduite tôt, plus elle a des chances de recevoir une réponse favorable. Merci de comprendre que le curé fait ce qu'il peut dans la mesure de ses moyens...

Qui peut célébrer un mariage ?
Prêtres et diacres catholiques peuvent célébrer le mariage catholique. Le diacre ne célébrera pas l'Eucharistie.
Un prêtre ou diacre "ami" des fiancés peut éventuellement célébrer le mariage. L'Eglise lui impose néanmoins de demander au curé qui a juridiction sur la paroisse l'autorisation de le célébrer. Cette délégation est explicitement consignée dans le Dossier de Mariage.

Demander et préparer un mariage

Le plus longtemps possible à l’avance (même plus d’1 an !), les fiancés eux-mêmes contactent Jean LIEVENS, curé-doyen du Fléronnais (04 358 30 21).

Il enregistre la demande. Quand le célébrant est attribué, ce dernier reprend ultérieurement contact pour une première rencontre, suivie – sauf indisponibilité – de deux rencontres avec un couple “préparateur“ qui reçoit à domicile avec toute l’empathie née de leur expérience.

Paie-t-on quelque chose ?

Dans le diocèse de Liège, une participation aux frais de 200 Euros est demandée. De cette somme, le célébrant reçoit 20 Euros. Le reste va à essentiellement à l'entretien et au chauffage de l'église, et secondairement aux frais d'animation et de gestion de l'Unité Pastorale et du Diocèse. Elle est remise au célébrant peu avant le mariage.

 Détails pratiques

Musique, fleurs, accès, etc. : toutes les informations utiles vous seront données en cours de préparation.

 Anniversaires de mariage

Il est possible de célébrer un anniversaire de mariage par une célébration religieuse. Contactez-nous.

 Inscriptions :

Jean LIEVENS, curé-doyen du Fléronnais (04 358 30 21 ou jean-lievens@skynet.be).

CPMafficheDe nombreuses préparations au mariage sont proposées dans le diocèse de Liège et au-delà : http://www.preparation-au-mariage.be/topic/index.html

Célébrations et Prières

Des informations sur

  •  les messes et leurs horaires,
  •  les demandes d’intentions de messes,
  •  les messes des familles,
  •  les chants & musique,
  •  l’équipe liturgique,
  •  les significations, préparations, aspects pratiques des baptêmes,
  •  les significations, préparations, aspects pratiques des mariages,
  •  les significations, préparations, aspects pratiques des funérailles,
  •  la prière des jeunes dans l’esprit de Taizé.

Funérailles

Que faire en cas de décès ?

Sauf exception, lors du premier contact avec la famille, les Pompes Funèbres téléphonent elles-mêmes au Doyen pour convenir du moment de la célébration selon les disponibilités des célébrants et des églises.

Le célébrant contacte ensuite rapidement la famille pour convenir d’une rencontre où il présentera le déroulement de la célébration, un choix de lectures, voire de musiques, et demandera quelques éléments pour connaître le défunt. Il indiquera à quels moments des proches peuvent éventuellement prendre la parole pour évoquer leur défunt, adresser un message de sympathie, un merci, etc.

 Avec ou sans Eucharistie ?

Pour s’adapter à la pénurie de prêtres, le diocèse de Liège encourage les célébrations de funérailles sans Eucharistie (c’est-à-dire sans communion). Célébrer un baptême ou un mariage sans Eucharistie est considéré comme normal ; personne ne craint que la célébration soit de ce fait de moindre qualité. Il en va de même pour les funérailles.

Contrairement à ce qui se passe dans certains doyennés, nous n’imposons pas la célébration sans Eucharistie mais demandons aux familles de ne pas demander l’Eucharistie systématiquement, surtout s’ils savent que personne ne viendra communier.

 Qui célèbre ?

Jusqu'à ce jour, dans le Fléronnais, les funérailles sont toujours célébrées par un prêtre. La situation pourrait évoluer si un seul prêtre se retrouvait seul pour les cinq lieux de culte.

 Où se célèbrent les funérailles catholiques ?

Les funérailles sont indifféremment célébrées dans l’une ou l’autre église de l’Unité Pastorale (voir chapitre “Localisation“) selon le souhait de la famille.

L’église est le lieu normal et habituel de la célébration des funérailles religieuses.

Plus rarement, des familles demandent parfois un temps de prière au moment de la levée du corps au funérarium.

 Paie-t-on quelque chose ?

Dans le Diocèse de Liège, la participation aux frais demandée pour les funérailles est fixée à 200 Euros. De cette somme, le célébrant reçoit 20 Euros. Le reste va à essentiellement à l'entretien et au chauffage de l'église, et secondairement aux frais d'animation et de gestion de l'Unité Pastorale et du Diocèse. Les Pompes Funèbres incluent cette somme dans leur facture et la rétrocèdent ensuite à l’Unité Pastorale.

Souvenir du 2 novembre

Chaque année, la messe du 2 novembre est spécialement consacrée au souvenir des défunts. Les noms des personnes décédées durant les 12 derniers mois sont évoqués au cours de la célébration.

 Contacts :

En cas de décès : d’abord l’abbé Jean LIEVENS, curé-doyen, 04 358 30 21.

Pour d’autres informations ou après un premier contact : 

Marielle RENAUD 04 358 88 79 ou Mathieu DEWANDRE 04 358 49 21.

Si vous voulez être au courant des derniers décès dans la Province de Liège consultez le site suivant : Enaos.net

Vous êtes ici : Accueil Localisation Paroisse Sainte-Julienne à Retinne Célébrations
  • Site modifié le jeudi 09 juillet 2020 à 18:37:20